Dans le cadre de mon emploi, il arrive que j'ai la possibilité de louer des véhicules sur une période de une ou quelques semaines.

Ainsi, j'ai actuellement en location une Chevrolet Cruze LT Turbo 2013. N'étant pas un très fidèle amateur de General Motors, l'envie de la conduire n'était pas très élevé. Mais qu'en sera-t-il d'ici 6 jours de conduite ? Continuez la lecture pour y découvrir mes notes et commentaires sur le modèle en question.

D'abord quelques détails : le modèle se détaille à 19 335$ au Canada. À ce tarif, on obtient une berline compact de style européen propulsé par un moteur 4 cylindres turbocompressé de 1.4 L de 138 ch et 148 livres-pied. Roues de 16 pouces, connexion Bluetooth, régulateur de vitesse et freins à disque aux 4 roues sont là quelques éléments de série.

Jour 1 : Prise de possession du véhicule

On le découvre, visuellement d'abord. De couleur blanche, elle semble neuve et très propre. L'intérieur est moderne et de bon goût (sauf le volant qui fait bon marché).

Et le moteur démarre, nous permettant de découvrir le véhicule dans un aspect tout autre. Dès les premiers tours de roues, j'ai déjà appuyé sur la majorité des boutons mis à notre disposition ! Paraissant à première vue plutôt mal agencé (surtout les contrôles disposés autour, dessus, à travers et au bout du manche gauche du volant servant à activer les clignotants), j'arrive à voir la consommation d'essence (un point qui ne sera pas négligé par les acheteurs) et à syntoniser la fréquence radio voulue.

Pas de quoi rendre fou, les contrôles ne sont cependant pas très intuitifs, on a l'impression d'appuyer sur un bouton en se demandant sans cesse si l'action sera réversible !

La direction est impressionnante (merci drive-by-wire, mais la tenue de route n'est pas convaincante pour un habitué à des véhicules à traction intégrale et disposant d'un centre de gravité léger (Subaru?). En effectuant des manoeuvres de gauche à droite, puis droite à gauche (puis gauche à droite... vous comprenez?), l'arrière de la Cruze louvoie et on se sens pas forcément en sécurité. Imaginez les quatre roues dans la neige...

Autrement, le petit moteur 1.4L fait bien le travail sans être trop excessif. Le turbocompresseur est à peine perceptible tellement la puissance est linéaire. Parfaitement adapté au véhicule, on ne sens pas qu'il manque de puissance, car il permet des accélérations dans un environnement urbain très franc. D'ailleurs, je me dois de mentionner que le véhicule est équipé d'une transmission automatique de 6 rapports (après tout, y a-t-il des locateurs à court terme qui offre des transmissions manuelles ?). Celle-ci est confortable, sans à-coups et bien étalée.

Jour 2 : La découverte sur une distance plus longue (aller-retour de 180 km)

Embarquant à bord, je tente de renouveler mon premier jour pour peut-être voir l'intérieur de la Cruze d'une façon différente à mon idée initiale. C'est spacieux, ça pas de toute. On ne se croit pas dans une berline compacte ! Mais le tableau de bord et tous ses boutons ne me réjouissent toujours pas. Je me demande si GM a testé le véhicule avant de le vendre au point de vue de l'ingénierie des fonctionnalités. Par exemple, sur le volant se retrouve à gauche les boutons de gestion du régulateur de vitesse et à droite, les boutons pour contrôler le système de son... à environ 10 centimètres de la radio ! Cela n'aurait pas été plus viable d'inverser les deux côtés pour rendre plus pratique les boutons du système de son ? Lorsque j'ai la main sur le levier de vitesse (donc favorisant l'utilisation de ces boutons), est-ce que je veux, d'après vous, contrôler le son ou la vitesse établie ?

Il y a aussi ce bouton d'activation du régulateur de vitesse (toujours sur le volant...). Si sensible soit-il (il se désactive trop facilement), je suis certain que cela posera un problème à long terme lorsque le plastique sera "fatigué".

Autrement, dans les conditions de route actuelles (-10°C, routes dégagés, faible vent de 10 km/h) et munie de pneus d'hiver, la Cruze a réalisé une dépense énergétique de 7,4 litres / 100 km sur une distance de 156 km, majoritairement des routes secondaires (80%). Pour titre de comparaison, les chiffres officiels du fabricant sont de 5,2 L/100 km sur route et de 7,8 L/100 km en ville (pour l'édition Eco, il s'agit plutôt de 4,6 L/100 km sur route).

Il faut noter que l'EPA américain a plutôt calculé des consommations de 6,2 L/100 km (route) et de 9 L/100 km (ville), soit une moyenne combinée de 7,9 L/100 km. Donc la consommation que j'ai obtenu sur une (courte) distance semble bonne. Plus de détails au bout de l'expérience.

J'ai remarqué que GM a aujourd'hui confirmé la venue d'une Cruze mue par un moteur diesel en Amérique du Nord (donc au Canada?). Elle sera vraisemblablement disponible durant la deuxième moitié de 2013. Le moteur en question est un 2.0L turbo-diesel de 160 ch et 265 livres-pied.

La conduite est plaisante de par la direction pas trop lourde et un moteur qui ne demande pas à révolutionner trop hautement. On a vraiment l'impression de se faufiler partout étant donné le sentiment de grand véhicule quand on est assis à l'intérieur, mais que finalement, il s'agit réellement d'une voiture aux dimensions compacts à l'extérieur !

Je commence toutefois à m’habituer lentement au système de infotainement, y ayant jumelé mon téléphone lorsque le véhicule était immobile évidemment, GM nous empêchant de faire autrement. Il ne s'agit pas de l'écran couleur (disponible sur l'édition LTZ, pour la navigation et les caméras de recul), mais elle affiche l'information de manière claire et précise. Un bon point, car je préfère personnellement un écran simpliste monochrome à un écran trop complexe couleur pour la facilité et la rapidité de lecture de ce qui est affiché.

Jour 3 : L'impact de la première impression est chose du passé !

Sans cesse, je me répète en tête que la conduite de la Cruze est un point fort impressionnant et totalement inattendu. Qui aurait pensé dire une telle chose d'un véhicule dans la ligné généalogique des (pitoyables, disons-le) Sunfire et Cavalier ? Vraiment, GM a progressé sur ce point. Le plaisir de conduire n'est pas estompé de tous côtés comme aime le faire Toyota. Le seul reproche que je conserve est le mouvement de la voiture en cas de manœuvre de sécurité, l'arrière ayant tendance à se déplacer inopinément et pouvait peut-être conduire à la perte de contrôle en conduite hivernale.

La consommation se maintient dans les 7,5 litres par 100 km, sans réelles techniques de hypermilage.

Jour 4 : À la patinoire !

La nuit dernière, des températures plus élevés ont fait fondre la neige, puis a créé un fond de glace sur une bonne parti du chemin que j'emprunte. Les pneus fournis, des Winter Claw Extreme Grip, sont, disons-le, pas vraiment à considérer à qui que ce soit. Ce sont des pneumatiques d'origine (douteuse) chinoise qu'aucun ne recommande.

Au retour et après 570 km, il est temps de remplir le réservoir d'essence (1/8 restant). J'en profite pour vérifier si le compteur de consommation électronique est précis. L'achat de carburant totalise 47 L exactement. Ce qui donne 8.4 L/100 km, comparativement à 8,1 L/100 km que la voiture a calculé. Car oui, la consommation a augmenté, étant donné que la veille, j'ai eu un moment de congestion et de surplace. Mais je dois dire que je ne suis pas réellement impressionné par de tels résultats.

Habitué à conduire (et remplir) une Subaru Impreza 2008, doté d'une traction intégrale permanente et d'un moteur 2.5L pas vraiment réputé pour être frugale et économe, mais qui parvient tout-de-même à maintenir une cote de consommation (depuis 2 ans) de 8 L/100 km en été et environ un litre supplémentaire durant la saison (très) froide.

Un bon point que j'ai remarqué aujourd'hui est le diamètre de braquage qui est très court.

Jour 5 : Déluges et routes sèches

D'abord, ce matin, il y avait un torrent de pluie rendant les routes telles des rivières! On peut vraiment dire que la semaine aura été de toutes les conditions routières!

Au retour en après-midi, les routes étaient parfaitement sèches, comme si c'était le printemps. Et c'est là que j'ai remarqué un sifflement de fenêtre mal fermé... sans fenêtre mal fermée. Étrange.

Jour 6 : Retour et fin

Après 891 km, je remets les clefs au locateur. Ça y est, la semaine s'est terminée avec un froid régulier. Mais le moteur semblait grincer des dents... laissant entendre un claquement (même lorsque chaud) à un certain régime.

Le second et dernier remplissage de carburant s'est effectué : 25.5L pour 321 km, ce qui correspond à environ 8L/100 km. Donc pour un total de 8.1L/100 km sur la distance complète. Je suis plutôt déçu de ce résultat, peut-être explicable par le temps froid, les pneus d'hiver conçus pour la glace (donc de gomme molle) ou encore par une conduite pas assez écoénergétique.

Pour lire une critique plus complète (mais en anglais) sur le modèle en question, je vous conseille de lire TheTruthAboutCars.com.

Conclusion de l'essai d'un semaine

Elle m'impressionne, beaucoup plus que je ne l'aurais imaginé. Mon dégoût initial s'est transformé en intérêt modéré. Bien que je la considérerais pour achat, je crois que d'autres voitures concurrentes pourraient facilement excéder l'intérêt que j'ai développé pour la Cruze. Avant de prendre la décision de partager ma vie avec une Cruze, des concessionnairess de Mazda et Volswagen me verraient. La Mazda3 reste un excellent modèle, rejoignant l'économie de la Cruze avec la 3 Skyactiv, tandis que VW propose tout-de-même la très économe et plaisante à conduire Golf TDI.

Reste que, aucun des trois modèles ci-dessus ne proposent une voiture à hayon, avec transmission manuelle, à traction intégrale et mue par un moteur diesel. Peut-être que je me rapproche trop des journalistes spécialisés aussi... À tous ceux que la précédente description fascine : Mazda est censé proposer la nouvelle Mazda6 2014 avec un moteur diesel. Un modèle à hayon est disponible... ailleurs. Un modèle à traction intégrale a déjà existé durant la première génération de celle-ci entre 2002 et 2008... espoir !

Mais tout cela étant dit, pour le prix qu'un acheteur investirait dans l'un de ces modèles (disons 25000$), moi, j'investirais la même chose, mais dans un modèle premium usagé. J'aime avoir un véhicule qui paraît avoir une grande valeur.