Encore une fois, j'ai le privilège de conduire un véhicule neuf pour une période de temps prolongée afin d'en tester les capacités (et dans une mesure plus essentielle, me transporter).

Cette fois-ci, c'est une Volkswagen Passat 2013, modèle Trendline (entrée de gamme), soit une berline pleine grandeure, typiquement américaine. On la nomme la Passat NMS (pour New Midsize Sedan) et est vendue en Amérique du Nord et en Chine uniquement.

Doté d'un moteur peu commun 5 cylindres de 2.5L développant 168 ch et 177 livres-pied.

L'équipement de série pour ce modèle Trendline inclut entre autre la connectivité Bluetooth, une climatisation deux zones, les sièges avants chauffants, les mirroirs électriques et chauffants et une transmission automatique de 6 vitesse avec Tiptronic.

L'édition Comfortline (milieu de gamme) permet d'y insérer un moteur turbo-diesel de 2.0L en option (avec transmission manuelle ou automatique de 6 vitesses), ou encore le puissant moteur VR6 de 3.6L qui développe 280 ch et 268 livres-pied, jumelé à une unique transmission automatique DSG de 6 vitesses. Ce moteur est réservé au milieu et haut de gamme (Comfortline et Highline).

Le modèle testé est vendu au prix de base de 23 975$ auquel on doit ajouter l'option de transmission automatique (+1 400$), les frais de transport et préparation (+1 395$) et les taxes (+3 593.10$), ce qui fait un grand total de 30 363.10 $.

Du premier jour à 1000 km... 3 jours plus tard!

À l'entrée à bord du Passat, on voit bien que la compagnie vise directement les grandes berlines américaines (Impala, 300), mais aussi les Camry et Accord de ce monde. Le tableau de bord est sobre, propre et... large. Chose certaine, on ne manquera pas d'espace.

La conduite ne me semble pas, à prime abord, inspirante. Les performances semblent en retrait, les départs sont lents, les passages de vitesses montent rapidement afin de privilégier une économie d'essence. Mais ça n'avance pas et on pèse plus fort sur la pédale pour déplacer la bête de 3500 lbs. Et ça ne rétrograde pas si facilement.

Mais en passant le levier de vitesse au mode Sport, le comportement est différent, mais pas plus excitant. Le moteur ronronne comme une mécanique agricole et ne poussera pas personne à l'excès.

Le style de la carosserie me paraît sobre et passera sans problème l'épreuve du temps en terme de style (comparativement à certaines rivales... Sonata?).

Je ne suis pas charmé, mais je crois que la voiture est acceptable... avec un autre moteur sans doute.

Loin de moi de faire de ce billet une critique professionnelle, si vous souhaitez en lire une (en anglais), consultez TheTruthAboutCars.com.