À travers les discours et les modes de pensées pour la préservation de nos ressources, la majeure partie des opinions vont dans le même sens : on doit changer nos habitudes, nos modes de vie, notre consommation et notre façon de penser.

Et si jamais rien ne changeait ?

Faire passer la notion de réduction de sa qualité de vie à une majorité de gens par la suggestion d'abolir l'utilisation de leur véhicule par exemple, c'est loin d'être gagné. Il me semble qu'une fois qu'on accorde l'accès à une amélioration de son confort, il est bien difficile de reculer sur celui-ci, à moins...

  • d'y être obligé par une loi, ou;
  • d'être conscientisé et agir activement.

Même si j'y suis profondément conscientisé, je ne suis pas réellement capable de délaisser plusieurs éléments de modernité qui augmente mon empreinte énergétique, parce que les bénéfices personnels sont plus grands que ce qui l'en coûte. L'essence n'est pas encore assez cher pour réellement considérer vendre 1 véhicule, voire les 2. Il est encore trop facile de dégager des économies de ses revenus pour se procurer beaucoup trop de biens de consommation.

Et si jamais rien ne changeait ?