Avec ce vaste réseau qu'est Internet depuis au moins 20 ans et qui ne cesse d'impressionner de par ses utilités, cela donne l'impression d'un peuple évolué et hautement informationnel et interconnecté.

Les voitures sans conducteur de Google, la robotisation de l'industrie et des produits aux détails (à la sauce iRobot), l'ingénierie génétique, la nanotechnologie, la domotique de nos résidences (c'est-à-dire de rendre nos appareils résidentiels intelligents et autonomes), voilà quelques exemples des innovations qui nous attendent pour les prochaines années. Pas 100 ans, plutôt 10 ans.

Mais il reste tant à faire à plusieurs autres niveaux, moins axés sur la technologie, plus sur le côté social de l'homme. Chaque jour, au moins une dépêche me fait dire : nous ne sommes que des chiens de préhistoire.

Manque d'éthique corporative (out-sourcing des emplois vers des pays plus démunis avec l'exploitation des plus faibles, dans la majorité des entreprises sans réelle conscience sociale), manque d'éthique politique (qui a dit corruption municipale au Québec?), individualisation et banalisation de l'individu, enrichissement sur le dos l'autrui, etc.

Parfois, il ne faut pas se fier aux apparences.

Le problème est ailleurs.