Cela semblera peut-être banal pour certains, mais j'ai échoué dernièrement à résister à un désir qui n'en n'était, au final, pas vraiment un.

De façon récurrente, j'ai une dose de nostalgie envers l'informatique et les jeux vidéo. En décembre dernier, j'ai dépensé 200$ pour obtenir une console de jeux basée sur un Raspberry Pi 3 avec deux manettes que je cherche à me débarasser en ce moment. Malgré cet erreur, j'ai tout-de-même flanché sur un second désir : me procurer un ancien iMac.

J'ai toujours apprécié l'ergonomie de cet ordinateur (comparativement à un ordinateur portable) et j'ai tombé sur ce que je croyais être un bon coup sur Craigslist. 140$ pour un iMac G5 de 20 pouces. Or, celui-ci utilise un processeur PowerPC (comme l'ancien iMac G4 que j'ai déjà possédé durant plus d'un an). Je le savais très bien. J'ai tout-de-même délié ma bourse afin de me procurer cet ordinateur et assouvir mon désir de nostalgie.

Moins d'une semaine après, je cherchais à le vendre.

Pourquoi? Pour la simple raison que le processeur PowerPC limite grandement ce que l'on peut faire avec la machine, étant donné la non-existence de plusieurs nouvelles versions de logiciels. Tout me semblait incompatible. J'ai voulu réutiliser l'ordinateur comme second écran, mais il me fallait modifier physiquement les composantes du iMac. J'ai voulu utiliser des logiciels de remote session, mais cela ne fonctionnait pas comme espéré, en plus du fait que la carte Airport utilise une vieille technologie de WIFI (802.11g).

Moins de 2 semaines après, il était revendu, à perte.

Le bon coup n'en était pas un finalement.

Ce que je retiens de cela, c'est que même dans mon style de vie actuel, où je cherche à me satisfaire de ce que j'ai déjà, il est parfois difficile de résister à ce que l'on pense être une "amélioration".

Mon équipement informatique actuel est très minimal, mais aussi très fonctionnel et rien n'est vraiment requis pour combler un besoin réel. Pas même un second écran pour brancher sur le portable (je pourrais très bien utiliser la télévision à cet effet), ni une montre intelligente (la gestion de celle-ci se fera au détriment d'une simplicité et le fait de devoir la charger quotidiennement ne fait aucun sens), ni un nouveau téléphone (l'actuel répond aux tâches minimes qu'il doit faire).

Ainsi, j'apprends que l'on est souvent bien servi par ce que l'on possède déjà.