Je lis présentement le livre nommé La fin de la croissance écrit par l'ancien économiste en chef de la banque CIBC, Jeff Rubin, où il a passé 17 années. Son oeuvre se veut intéressant parce qu'il est rare qu'un économiste affiche un point de vue environnemental, en utilisant des logiques de réflexions, pas seulement des chiffres ou qu'en ne basant sa recherche sur les concepts économiques.

Il est notamment question des enjeux sociaux, des guerres, des récents mouvements de révolutions du Moyen-Orient et de la crise des ressources qui nous frappe depuis quelques temps déjà, mais qui s'accentuera selon lui dans les prochaines années. La démographie joue un rôle prépondérant dans sa réflexion et cela nous mène à réaliser que nous devons réfléchir avant d'agir, même dans la sphère la plus tabou de la succession de nous-même.

Jeff Rubin apporte des exemples frappants, des anecdotes intéressantes et y mélange des liens forts avec des événements récents pas nécessairement à l'autre bout de la planète, mais souvent à proximité, nous faisant réaliser que bien des choses sont interconnectées et l'analyse globale d'une situation devrait être le point de départ pour des changements.

Malgré la page couverture, il n'est pas simplement question d'automobile, loin de là. On parle oui des infrastructures de Montréal qui tombent faute de financement du public et aussi des nouvelles infrastructures du privé qui favorisent le principe de l'utilisateur payeur, mais il est question également de famine, de transformation de l'industrie financière, des liens entre l'OPEP et les pays du monde, etc.

À suivre...

Références : Auteur : Jeff Rubin Traductrice : Rachel Martinez ISBN : 978-2-89723-028-9 | Nombre de pages : 380 ISBN numérique : PDF : 9782897230296 | ePub : 9782897230302

http://www.editionshurtubise.com/catalogue/2124.html