Embarrat, anxiété, timidité, phobie sociale, trac. Ce ne sont généralement pas des mots que l'on associe à la période des fêtes de Décembre.

J'ai cependant réalisé hier que je ne cadre plus dans une famille qui me semble totalement déconnecté de ma réalité. Une famille qui s'est offert un souper de Noël auquel je participais. Mais la conclusion m'a fait découvrir que je n'étais peut-être pas devenu celui qu'ils espèraient, par comparaison avec les autres ou par différence avec la norme peut-être.

Nageant dans la génération Facebook, où il faut se glorifier sans arrêt et s'afficher comme heureux, ayant fait 10 voyages dans la dernières années, avec des projets de toutes sortes, sportif, j'arrive avec ma personnalité pure, qui ne se retrouve pas sur ce site de socialisation. Je me perçois comme un extra-terrestre, les gens semblent désintéressé par moi, parce qu'ils en connaissent trop peu. Je constate que la tendance se tourne vers l'ignorance en continu, c'est-à-dire que ceux-ci ne tentent pas d'approfondir ce qu'ils savent de moi.

Les discussions me paraissent faibles de rétroactivités, les sentiments sont quasi-absents, les sourires sont forcés, l'intérêt est nul. Après une soirée qui se devaient festive, amicale et heureuse, je me suis retrouvé seul devant un problème grandissant : la peur des autres.

Ce n'était pas la première fois que je ressortais avec une drôle d'impression d'un événemment familial. Mais cette fois-ci, c'était la première que mon fort intérieur se sentait terriblement bousculé, au point de tenter de se livrer en quelques paragraphes ici. Un sentiment de trahison, d'abandon et de honte. Le coeur se tortillait, ma vision de l'immédiat est trouble. Quoi penser d'une famille qui semble ne plus s'intéresser à vous parce que d'autres ont fait mieux ?

Ne sont-ils pas capable d'accepter la différence, d'accepter le fait que je vie ma vie en parcourant un chemin qui n'est pas le leur ?

Dorénavant, je n'aurais plus le même regard sur les autres. Remplaçant l'optimisme par le doute, le bonheur par la méfiance, et la diversité par l'unilatéralisation de la pensée.

À ceux qui croient avoir ce problème, voici une ressource de réponses à quelques questions sur l'anxiété sociale.