Dans beaucoup de marché, la fidélisation des clients passent par plusieurs techniques : carte de "membre", ristourne annuelle (sur le total des achats), vente addtionnelle (cross-selling).

Créer une relation commerciale durable, c'est essentiel pour les entreprises.

Cela se représente audacieusement dans le monde des jeux vidéo, avec les DLC (Downloadable Content), du contenu additionnel téléchargeable via Internet. SI certains sont gratuits, la majorité est payante. Par exemple, récemment, Nintendo a lancé deux nouvelles mises-à-jour à télécharger pour le jeu New Super Mario Bros. 2, sur Nintendo 3DS.

Chacun des contenus addtionnels coûte 2,50$ et ajoute la possibilité de jouer dans 3 tableaux supplémentaires.

On est en droit de se demander si le jeu original a été amputé de quelques tableaux pour ensuite vendre ceux-ci séparément pour augmenter les revenus. Si tel est le cas, les consommateurs seraient donc "perdants" de cette nouvelle tendance (pas si nouvelle, cela date de quelques années, principalement depuis le lancement de Xbox LIVE).

Même que certains éditeur osent inclure un DLC directement dans le disque du jeu en question. Celui-ci est verrouillé jusqu'à un moment précis, auquel on demande (souvent) un paiement du consommateur.

Pour ma part, je suis plutôt de la vieille école et apprécie un jeu complet et acheté physiquement.