Quel meilleur exemple que celui de cette semaine pour illustrer ce titre avec la RBC qui utilise une entourloupette légale de Balthazar Picsou et se rétracte face à la réaction spontanée et généralisée ?

J'en veux aux riches qui, vraisemblablement de droite, sont avares et sans pitié pour leur prochain, comme si l'humanisme n'avait jamais existé.

Ce dossier d'une banque qui fait déjà des milliards de profit annuellement et qui souhaite réduire ses coûts en faisant venir (temporairement) des indiens pour apprendre un emploi et qui remercies les employés locaux qui viennent tout juste de les former, c'est la représentation parfaite du néolibéralisme à un point culminant. L'entreprise qui doit sans cesse faire mieux à ce trimestre qu'à celui à parreil date de l'an passé, c'est l'exemple a suivre dans les grandes écoles d'administration du monde et la marche a suivre pour tout administrateur/gestionnaire qui souhaite justifier son salaire. D'un point de vue économique, c'est le bien.

Le mal, c'est la perte de surplus que l'inaction engendre. L'inaction de ne pas couper des postes et rendre la compagnie plus efficace... et sauvage.

Le néolibératisme de droite est bien cette propagande contre le syndicalisme, contre les coopératives et contre tout ce qui entrave le bon fonctionnement d'une économie forte... le seul problème dans toute cette histoire est que vous ne faites pas partie de l'économie comme bénéficiaire, mais comme client potentiel et rien d'autre...

Et dire que j'étudie les sciences sociales économiques. Parfois, je me déçois moi-même.

MAJ 2013/04/12 04:43

La bonne chose là-dedans, c'est que ça démontre (encore une fois) que les médias sociaux peuvent être pratiques et apportent des résultats.

L'absurdité de la chose, le président de RBC, qui gagne annuellement 15 millions, offre ses excuses.