La sortie récente de la nouvelle console de jeu de Nintendo, la Wii U, remet encore une fois en question l'avenir de cette industrie si imposante soit-elle.

Cela fait déjà plusieurs années que ce goût amer me tient à la gorge. Bien que la Wii fut un succès commercial (près de 100 millions de consoles vendues entre 2006 et 2012), la qualité globale de l'offre vidéoludique semble en prendre pour son rhume. Les titres à succès ne sont que des suites ou remakes de jeu déjà publiés (toutes les séries de jeux de guerre, tel que Call of Duty ou autres).

Mais cela n'en fait pas de mauvais jeux pour autant. Utiliser à profusion un concept en lançant des jeux successifs, parfois très similaires, relèvent d'idées les plus folles de gestionnaires, permettant, selon les cas, de réduire les coûts de développements. Les amateurs sont satisfaits de retrouver un jeu déjà connu, mais amélioré. Mais qu'en est-il de l'intérêt des nouveaux joueurs qui ne veulent pas ce lancer dans ces mégaséries à succès ?

Nintendo a compris depuis 2006 que le potentiel de nouveaux joueurs est énorme. La Wii (originale) propose des jeux nouveaux, qui ne font pas partie d'une série, simpliste... parfois décrit comme des crapwares par certains fanatiques de l'industrie. On fait référence ici à tous les jeux à la Game Party, à la Petz, beaucoup de jeux en référence à des émissions de télévision ou films (Are you smarter than a fifth grader?). Le but de ces jeux n'est que d'introduire de nouveaux joueurs à une industrie en perte évidente de vitesse.

Autant certains titres sont époustouflants de profonde qualité, non pas seulement visuellement, mais ceux-ci respirent l'inspiration, venant tout droit de développeurs indépendants. Je n'ai qu'à penser à LostWinds ou bien World of Goo sur WiiWare.

Je ne sais plus réellement quoi penser de l'industrie.

Toutes les dernières consoles de jeux semblent sans intérêt pour moi. La Wii U est arrivée depuis une semaine déjà, le PSP Vita date du début de l'année, la 3DS fêtera ses 2 ans déjà en mars 2013... Aucune de ces consoles ne m'attire. Ces derniers lancements ne m'ont pas fait vivre d'émotions comme l'avaient fait ceux du DS en 2004 ou encore du Game Boy Advance en 2001.

Pourtant, j'apprécie encore les jeux et l'univers dans lequel je suis transporté par certains ce ceux-ci m'enchantent. Mais la simplicité des jeux se perd dans les consoles et c'est sur ce point précis que je décroche.

Un jeu simpliste, un Tetris, un Polarium, un Neves, un Edge (sur iOS), tous ces jeux ravivent ma passion du jeu.

Un jeu complexe, ultra-hypé, poussé à fond au niveau marketing, un Resident Evil, un Halo, un Call of Duty, tous ces jeux reflètent un image souvent impeccable et un univers développé, mais la complexité me tue complètement.

Peut-être parce que le temps que je consacre aux jeux a diminué et je ne veux pas devoir réapprendre un gameplay, revivre une nouvelle histoire, chercher à comprendre comment procéder, etc.

À lire :