Internet regorge de choses intéressantes. Il y a de ces gens que l'on lit, mais que l'on aimerait aussi rencontrer. Ces blogueurs, accrochés à une thématique forte et qui m'inspire, sont exceptionnels.

Prenez Leo Babauta par exemple, qui a fait de multiples changements à sa vie depuis près de dix ans et qui, à le lire, semble avoir développé une philosophie de vie passionnante. Il y a tant à lire sur ses sites, ses ebooks et ses articles si nombreux soient-ils !

Mais il y a aussi Joshua Becker, blogueur qui axe ses écrits sur le minimalisme.

Il a d'ailleurs publié un article nommé Minimalism: Addition not Subtraction que je résume et traduit ci-bas, parce que je souhaite réellement y développer mon style de vie.


Originalement par Joshua Becker, traduit par moi-même.

“The ability to simplify means to eliminate the unnecessary so that the necessary may speak.” — Hans Hofmann

Il y a quatre ans, la voisine regardait tout ce dont j'avais pu sortir de mon garage. L'hiver était finie au Vermont et notre matinée du samedi fut consacré au nettoyage du printemps de la maison. J'ai choisi le garage. Malheureusement, les minutes sont devenues des heures. Les heures sont devenus toute une matinée et un après-midi.

Heureusement, cette même voisine a noté ma frustration et m'a ainsi introduit à un tout nouveau mode de vie lorsqu'elle m'a simplement demandé : «Peut-être n'as-tu pas besoin de tout ça?»

Et le minimaliste était né.

À partir de maintenant, et pour les prochains mois (et même années), ma femme et moi commençions systématiquement à retirer tous biens physiques inutiles de notre maison. Nous avons vendu, donné ou recyclé des biens de toutes les facettes de notre vie : vêtements, jouets, décorations, ustensiles de cuisson, divertissement, articles de sport, meubles, entreposage... la liste est longue. Éventuellement, nous avons même déménagé dans une maison moins grande.

Ainsi, nous avons découvert comment posséder moins avait des avantages pratiques. Nous avons plus d'argent restant dans nos poches. Nous avons plus de temps à notre disposition. Nous sommes sorti de la culture de consommation autour de nous. Nous éprouvons moins de stress quotidien. Et nous avons découvert une liberté pour les choses ayant une réelle valeur.

Parce que nous avons choisi de vivre avec moins, nous avons trouvé plus d'opportunités de relations amicales, de croissance spirituelle, de gratitude, de générosité, de vérité et de contentement. Avec notre temps, argent et énergie additionnel, nous sommes libre de vivre nos vraies passions.

Une réalisation importante émergea. Le minimalisme est moins par rapport aux choses que l'on retire de notre vie et plus à propos des choses que l'on y ajoute. La joie du minimalisme réside dans ce que l'on choisit de poursuivre dans notre vie plutôt que dans des possessions matériels. Et dans ce cas, le minimalisme est bien plus l'ajout que le retrait.