Autrefois propriétaire d'une maison au Québec, je suis maintenant à l'autre bout du spectre en étant locataire à Vancouver. Mais qu'est-ce que ce changement implique concrètement?

Ma situation et ma décision de changement

Je possédais une maison vendue à un prix supérieur au marché de la province. En calculant tous les coûts irrécupérables liés à la maison, j'en venais au total de plus d'un millier de dollars mensuellement. Et c'est sans compter les coûts supplémentaires pour la possession d'une voiture supplémentaire (voir les deux). Quand on sait qu'une voiture coûte au bas mot 600 à 1000$ par mois dépendamment du modèle, il faut considérer l'ensemble des coûts d'une maison, incluant le transport, pas seulement le prix des taxes municipales et le coût d'électricité!

AInsi, même si l'on doit que Vancouver est un endroit extraordinairement dispendieux, je considère que de dépenser 1600$ mensuellement pour me loger n'est pas abusif. Oui ces 1600$, je les perds à chaque 1er jour du mois, mais j'en perdais 1000 au Québec pour la maison et probablement 1200 autres pour la voiture... et ce pendant la totalité des jours de chaque mois!

On peut le calculer comme on veut, je me sens bien plus riche à Vancouver, même si je ne possède pas de maison, même si je ne possède pas 2 voitures. Il faut comprendre que nos choix de vie sculpte notre avenir. Pour ma part, j'en avais assez de payer sans arrêt sur des choses futiles que je n'utilisais pas à pleine capacité (maison vide car trop grande, voiture en solo, etc). L'argent que j'économise en étant en appartement, je peux le placer et l'utiliser plus tard. Je sacrifie donc un peu du présent (par le confort immédiat) pour un meilleur futur.

Les différences

Posséder une maison, c'est :

  • Payer de gros montants par mois pour en récupérer une faible partie en capital sur l'hypothèque;
  • Une forme de placement forcé (le capital remboursé sur l'hypothèque);
  • L'imprévisibilité des réparations/travaux/améliorations requis;
  • L'utilisation fréquente des véhicules (si loin des services et/ou du travail);

Mais c'est aussi :

  • Une meilleure tranquilité;
  • Un espace intérieur et extérieur plus avantageux;
  • Un espace que l'on considère vraiment comme chez soi.

Louer un appartement, c'est :

  • L'insécurité de devoir trouver autre chose si le propriétaire en décide ainsi;
  • La tolérance requise pour vivre conjointement avec d'autres;
  • L'espace souvent plus restreint;

Mais c'est aussi :

  • Un seul paiement fixe et prévisible, sans aucune surprise;
  • Moins de meubles à se procurer (car plus petit);
  • La proximité des services et des attractions;
  • La possibilité de se départir des voitures (si près des services et/ou du travail);
  • Vivre moins emboîté dans sa maison et sa voiture, moins individualiste.

Comme on dit en anglais, to each his own, chacun a sa solution personalisée. Pour nous, vivre dans un espace plus restreint n'est pas un inconvénient. Cela est un échange pour des projets futurs. Et vous?