Plus tôt aujourd'hui, j'ai rencontré un ami qui possédait à la fois un PowerMac G5 et un MacPro avec lesquels ils souhaitaient transférer les données du premier vers le second. Mais là n'est pas le vif du sujet.

Alors que le PowerMac G5 est un processeur PowerPC (fabriqué à l'époque par IBM), le Mac Pro lui est fonctionnel grâce à un processeur x86 (fabriqué par Intel). Depuis le début des années 1990, Apple utilisait une architecture différente des autres constructeurs, mais c'est en 2005 que Steve Jobs confirmé que le projet de virage vers Intel était vrai.

En fait, en juin 2005, la rumeur qui planait fut confirmée, mais il aura fallu attendre jusqu'à janvier 2006 pour mettre la main sur un Mac doté d'un processeur Intel. Il faut savoir qu'à l'époque, Apple soutenait les PowerPC jusqu'au dernier jour en affirmant que ces derniers étaient beaucoup plus puissants et avantageux en termes de performance que les processeurs Intel. Donc l'annonce d'une transition vers Intel était plutôt inusitée.

Donc, en 2006, Apple abandonne IBM pour Intel, mais pourquoi ?

Aucune raison officielle, mais plusieurs officieuses :

  • Les processeurs PowerPC G5 n'étaient pas adaptés à l'utilisation dans un ordinateur portatif (les iBook et PowerBook de l'époque);
  • Les processeurs Intel permettaient un rapport performance par Watt cinq fois supérieur à celui des CPU PowerPC;
  • La difficulté de portage des applications Windows (x86) vers Mac OS X (PowerPC) qui réduisait les possibilités;
  • Le désir d'Apple de transférer ses ressources vers le développement de la branche mobile (iPod, iPhone) au lieu du développement spécifique aux processeurs;
  • Ajouter la possibilité de lancer Windows nativement; etc.

Mais voilà que bien de l'encre a coulé depuis ce temps et en sept ans, l'industrie informatique s'est métamorphosée. Pensons aux téléphones intelligents (iPhone... encore Apple!), la prolifération des services Cloud (iCloud, Box.net), le changement de mentalité d'utilisation (passant d'un ordinateur complet à un netbook... puis à des solutions simplistes comme des tablettes), etc.

Et il n'y a qu'à utiliser Mac OS X 10.8 (Mountain Lion) pour constater que le système d'exploitation complet d'Apple se tourne de plus en plus vers une convergence à iOS, le système d'exploitation des produits mobiles de l'entreprise.

Mais qu'est-ce que cela change ?

Facile à voir venir : Tous les iPhone, iPod touch et iPad, produits vendus à des dizaines de millions d'exemplaires, fonctionnent avec des processeurs ARM, actuellement fabriqués par Samsung, bientôt par TSMC. Ainsi, cette architecture de processeur qu'est ARM n'est pas identique à ce que Intel propose. Comme Apple semble apprécier l'uniformisation de ses produits, il paraît évident de prédire que l'entreprise abandonnera Intel très prochainement pour redevenir indépendante vis-à-vis les autres constructeurs.

Or, l'une des raisons possibles de la transition vers Intel en 2005/2006 était qu'Apple voulait transférer ses ressources vers le développement de la branche mobile (iPod, iPhone) au lieu du développement spécifique aux processeurs. Un retour en arrière en rendant tous les Mac spécifique avec des processeurs ARM serait-il contraire à cette non-dite raison ?

C'est contraire oui, mais Apple peut, en 2013, se le permettre : sa position est dominante dans le marché et sa notoriété est ultime, l'architecture ARM se développe rapidement (tous les smartphones l'utilisent), l'emprise sur les fabricants (Foxconn, Samsung, etc.) est à faire rêver toutes entreprises et les ressources financières d'Apple sont énormes (réserve monétaire estimée à 80 milliards USD).

Donc oui, Apple abandonnera selon moi Intel. D'ici un an. Ou deux.