Sans même s'en rendre compte, on accorde une part importante de nos opérations quotidiennes au cloudcomputing (ou infonuage si vous préférez), cet ensemble de technologie permettant de retrouver son contenu informatique en tout temps, partout.

D'abord, il y a eu le webmail, cet outil si générique soit-il qui permet depuis la nuit des temps de communiquer sur Internet. Or, ce satané webmail a ouvert la brèche qu'est devenu le cloud. Parce que pouvoir accéder à ses courriels de n'importe où a su rendre ce comportement acquis en nous.

Et ensuite est arrivé le webmail moderne, soit Gmail, qui permettait (et permet toujours) de communiquer par courriel, mais aussi d'avoir, du même coup, accès à ses fichiers grâce à Google Drive, accès à ses rendez-vous grâce à Google Agenda, accès à photos grâce à Google Plus, accès à ses flux RSS grâce à Google Reader.

Google Reader étant officiellement mort le premier juillet dernier, je me suis rabattu sur The Old Reader, un outil de lecture RSS, qui me paraîssait aussi bien sinon mieux que son précédesseur. Depuis quatre mois, j'utilisais cette solution à la fermeture de Google Reader. Or, j'apprend aujourd'hui que The Old Reader fermera au grand public pour des raisons évidentes de croissance beaucoup trop rapide.

De ce point, je remets en question tout l'aspect du cloud. Pourquoi confier mes données à d'autres alors que, auparavant, je les gérais moi-même, et qu'aujourd'hui, je suis tout sauf indépendant de ces tiers ?

Get back the power of my data : C'est le principe sur lequel je débute mon aventure à revenir sur mes indirectes décisions de laisser les autres faire ce que j'aurais dû faire moi-même dès le départ.

Ce que je dois conserver, mettre à jour et accéder en tout temps :

  • Flux RSS : environ 12 abonnements, une centaine de nouveautés par jour.
  • Courriel : 1 adresse principale, un alias, environ 10 courriels par jour.
  • Photos : Un ensemble de plus ou moins 2000 photos, moins de 200 nouvelles par année.
  • Documents : 400 documents, une dizaine de nouveaux par mois, avec beaucoup de mises à jour quotidienne, poids total de 500 Mo.

Mon actuelle solution repose entièrement sur Google (sauf les RSS), mais je craints toujours un ajustement des tarifs à la hausse, une atteinte à la limite de 15 Go dans un avenir rapproché, mais aussi des limitations fonctionnelles futures.

Pour le moment, seul les flux RSS sont gérés hors-ligne gràce à SharpReader.

MAJ 2015/12/31 15:11

Il faut croire que l'aspect minimalisme que j'ai développé depuis 1 an a eu un impact majeur sur mes habitudes de gestion de données... Je suis passé à iCloud pour presque tous : courriel, photos, documents, contacts, calendriers. Au coût de 1.29$/mois, j'ai 50 Go d'espace disque et mon sentiment d'insécurité est pour l'instant anéanti (iCloud a relativement bonne réputation sur la vie privée).

Sur 50 Go, je n'utilise que 5.5 Go!

Pour les RSS, ils sont gérés par TheOldReader.com.