mindwi.se: enfance

Publié le: 2019-05-28

Au fond d'une banlieue se trouvait ma famille de 4, encrée dans, ce que je n'imaginais pas encore, un mode de vie qui m'a été transmis, mais que je refuse désormais. Comment résumer mon cheminement de 30 ans sur la planète pour que cela soit pertinent?

J'avais débuté un document avec des notes pour un futur projet de livre sur mon humble existence, mais ayant abandonné, j'ai décidé de retransmettre certains passages ici.

La fontaine du parc près de la maison

À peine âgé de cinq ans, je me questionnais déjà sur la pertinence d'une fontaine décorative dans ce parc municipal qui s'illustrait à travers de la vitre latérale de la mini fourgonnette familiale. Est-ce que gaspiller autant d'eau était nécessaire? À cette question, ma mère s'étonna de mon vif intérêt, puis m'expliqua que l'eau de la fontaine n'était pas gaspillé. Si j'en étais pas convaincu à ce moment-là, encore aujourd'hui, j'y pense et réfléchi à cet exemple anodin, mais révélateur sur la vision que je m'efforce d'expliquer à ce jour. Ayant découvert que l'eau circulait de façon permanente dans une boucle fermée, j'y voyais d'abord une solution sensée et sans gaspillage. Le recul me fait plutôt reconsidérer cette situation autrement. Il fallait bien traiter l'eau avec des produits chimiques pour conserver une telle pureté, il fallait bien utiliser de l'énergie produite d'une façon ou d'une autre pour alimenter les pompes, il fallait bien des ressources matérielles et humaines pour entretenir la fontaine dans son ensemble. Tous ces éléments doivent être considérés à mes yeux pour comprendre que même si l'eau n'est pas gaspillé à chaque fois qu'elle jaillit verticalement.

L'école primaire de proximité

Mon parcours scolaire a été différent du plan initial, disons-le. Le premier vrai passage du parcours qu'est l'école primaire était constitué d'une proximité géographique bien commune à ce genre d'écoles dans des quartiers de banlieues. Sans grands souvenirs mémorables, ce fut avec du recul, probablement le meilleur moment scolaire que j'ai eu étant donné l'ouverture que cela apporte sur la vie, mais aussi le mode de vie que cela permet à un enfant de 7 à 12 ans. Mon quotidien était donc constitué de boîtes à lunch préparée par un chef cuisinier (en fait mon père), de vélo qui représente la liberté et les possibilités, et d'un développement de vie social réel. En y repensant, c'est donc là quelques principes que je considère centraux dans mon style de vie actuel : culture, alimentation, transport à propulsion humaine et esprit communautaire. Je n'ai pas toujours considéré ceux-ci comme étant importants, en fait, je viens plutôt de redécouvrir leurs importances respectives.

L'école secondaire loin de la maison

Mes études secondaires ont brisés la plupart de ces principes. Les cours imposés reflétaient une sorte de mise en moule obligée, comme si la société exigeait une pensée identique, pas réellement centrée sur l'alternativité des choix. Les transports à propulsion humaine (soit la marche et le vélo) ont fait place à l'automobile au centre de tout. Passer de la banlieue à la ville se faisait dans la voiture, devenant ainsi par le fait même la solution que j'allais appliquer dans ma vie personnelle lorsque j'aurai un travail et une maison, moi aussi en banlieue. L'alimentation n'était plus ce qu'elle était, faute de temps. Tout s'accélère sans arrêt, demandant ainsi plus d'efforts pour faire une réelle différence dans une alimentation saine et pas nécessairement axée sur les viandes. Finalement, l'esprit communautaire a su me transformer entres les 4 murs de cette école. Passant d'un enfant curieux et ouvert, je me suis recroquevillé à l'intérieur pour devenir un peu plus hermétique.