mindwi.se: illimite

Publié le: 2019-12-19

Depuis la lecture de Limits to Growth de Donella Meadows et al, je constate de plus en plus les limites du monde dans lequel nous vivons. Manque d’eau potable dans la région de la Californie, nécessité d’extraire et rechercher des réserves de pétrole dont l’accès est moins évident (gaz de schiste, deep shore, etc), pénurie de logements abordables, manque d’éthique dans le monde politique. La liste est longue.

Mais comment justifier que les sociétés misent très souvent sur l’aspect d’abondance, voire la notion illimitée?

Cela passe par exemple dans des forfaits de téléphone mobile dit illimités. Ou encore dans l’aspect illimitée d’une voiture électrique (dans le sens que la dépense de carburant est nulle). Ou encore l’abondance des centres d’achats et leurs étalages sans fin. Que dire de la dette personnelle que chacun peut contracter sur le simple fait de revenus pas encore gagnés et la dette collective qui n’est qu’un dommage collatéral de la croissance économique.

Mais comment justifier un état d’esprit orienté vers l’abondance et l’illimité pour un monde dans lequel l’infini n’existe tout simplement pas?

Il faut revoir sa façon de penser et sa façon de développer, collectivement et individuellement.

Une limite se veut un rationnement logique de l’utilisation de matière, même lorsqu’intangible pour le consommateur. Un forfait de données illimités pour un smartphone requiert une infrastructure décuplée lorsque cela est utilisé par la masse. C’est intangible au premier regard, mais la demande en matériaux et énergie n’est pas négligeable. Une voiture électrique requiert tout-de-même de l’énergie et le transport en commun reste une solution axée à plus long terme et à des niveaux énergétiques plus bas.