mindwi.se: le-poids-des-choses

Nous sommes à l'étape, malgré certaines difficultés récentes d'aligner les astres, de trier, de se débarrasser et de penser à emballer nos possessions pour retourner de l'autre côté du pays après plus de trois ans en Colombie-Britannique.

À l'époque, nous avions payé pour un petit conteneur afin d'apporter tout ce qui nous restait. Plus de 1000 kg d'objets qui ont par la suite (et pour la plupart) été vendus ou remplacés. J'en suis venu que nous trainons le poids des choses, même lorsque nous pensons que ce n'est pas le cas. Nous avons encore une fois acheté des choses inutiles ou que nous n'utilisons que très peu.

Tel le dit l'adage, si tu possèdes trop de choses, elles finissent par te posséder. En pensant aux coûts de chacune des choses, on en vient à se dire que nous travaillons de longues heures dans le vide. Nous perdons considérablement de l'argent à la revente parce que nous avons pensé initialement que cet achat nous rendrait plus heureux.

C'est la raison que j'essaie de vivre de façon minimaliste dans une société qui nous force constamment à l'inverse, vivre au maximum, en dépensant et en accumulant des choses. Moins de choses simplifie la vie, mais pourquoi diable continuons-nous de penser que nous avons besoin de mieux, de neuf, de plus?

En quelques jours seulement, nous avons déjà vendu des dizaines d'objets, pour un total probable de 400$. Et j'en suis content. Des jouets d'enfants (déjà le chaos à ce niveau-là), de l'équipement de sport, des meubles, des gogosses.

J'ai toujours voulu vivre d'un sac à dos ou d'une valise, ne posséder à titre personnel que ce qui y entre. Les objets communs comme les articles de cuisine ne sont pas considéré parce qu'il s'agit d'utilitaire quotidien et commun.