mindwi.se: retour-sur-2018

Publié le: 2018-12-20

À chaque nouvelle année, je me donne le devoir d'écrire les objectifs des 365 jours que compte celle-ci afin de débuter sur une base et de m'ajuster au besoin. Cet article me sert aussi d'aide-mémoire afin de ne pas oublier d'où je suis parti et où je souhaite me diriger sur des points précis. Je l'avais fait en 2017.

Retour sur les objectifs de 2018

Tel que mentionné dans cet article du 29 décembre 2017.

  1. Ne pas toucher à ses doigts : RÉUSSI. La réduction de stress est un art à maîtriser et les forces extérieures tentent sans arrêt de nous ramener au point initial, mais je crois avoir réussi.
  2. Réduire d'avantage le consumérisme : EN COURS. Terriblement difficile d'affirmer une réussite. Amazon est un démon amical, la publicité est omniprésente et la pression sociale permet difficilement de vivre comme si on était à Walden. Il faut souvent reprendre nos esprits et se détacher du chaos consumériste qui nous entoure.
  3. Réduire la quantité de déchets et/ou zero waste : ÉCHOUÉ PARTIELLEMENT. Nous devons réappliquer la base du compost, tenter de réduire les produits déjà emballés et mieux contrôler certains achats impulsifs.
  4. Diminuer la dépendance à la technologie en évaluant la possibilité de se départir des 2 téléphones intelligents : RÉUSSI PARTIELLEMENT. Nous résistons relativement bien à toutes ces vagues de tendances high-tech (iPad, gadgets connectés, robots-aspirateurs, etc.) en exploitant notre principe de minimalisme qui ne tolère aucun objet superflu. Aussi, notre réduction des coûts de forfait de téléphonie mobile a réduit le temps passé devant l'écran d'un téléphone, sans avoir réellement considéré de s'en départir.
  5. Réévaluer la nécessité de posséder une voiture : EN COURS. Depuis début décembre, je m'efforce à mettre en place nos solutions de remplacement pour se départir de la voiture et n'utiliser que le transport en commun, le vélo, la marche et l'auto-partage. Le seul point qui accroche est le nouvel emploi que j'occuperai à la fin janvier qui me demandera des déplacements sur de longues distances. Pour ces dernières, j'évalue actuellement la rentabilité financière de louer une voiture à court terme dans ces cas-là. Nous voyons dans la non-possession d'une voiture une réelle volonté de démontrer un idéal à notre enfant naissant pour lequel nous souhaitons lui offrir un environnement un peu plus respirable.
  6. Compléter 4 cours universitaires en 3 sessions, plus un MOOC : RÉUSSI PARTIELLEMENT. J'ai complété 3 cours et 1 MOOC : Développement durable et gestion des organisations, Responsabilité sociale des entreprises et économie solidaire, Aménagement durable du territoire et Développement durable : enjeux et trajectoires.
  7. Trouver un vieux vélo de faible valeur et vendre 2 autres vélos : RÉUSSI. 2 vélos ont été vendus, mais j'ai décidé de ne pas procéder à l'achat d'un plus vieux vélo.
  8. Aider ma conjointe à trouver un emploi à proximité de la maison : REPORTÉ. La grossesse lui permettera de prendre plus d'une année de congé du travail. Cet objectif sera reconsidéré mi-2020.
  9. Continuer de lire autant, sinon plus, de livres : RÉUSSI. J'estime avoir lu une vingtaine de livres et d'avoir placé environ le même nombre dans ma liste de lecture!

Résumons 2018 :

Planifions 2019 :

Objectifs de 2019 :

Vivre sans voiture?

Je souhaite réellement tester la vie sans voiture. L'année 2019 sera synonyme de ce projet pour des raisons financières (réduction d'un salaire lors du congé de maternité), mais aussi environnementales (une voiture, qu'elle soit diesel ou à essence, c'est loin d'être une fleur.). De plus, nous possédons au moins une voiture depuis 2006, soit 12 années consécutives. Il y a ici un certain malaise de ma part avec le fait que cet objet semble essentiel dans la vie d'un être humain, alors que ce ne devrait pas l'être. Simplement parce que l'accès à la voiture est facile, son utilisation se voit augmentée. Or, sans sa présence, nos déplacements se feraient autrement ou sinon pas du tout.

J'évalue ses coûts actuels à 6000$ par année pour conduire et entreposer ce vieux bolide. C'est probablement en-dessous de la moyenne des gens parce que la voiture est relativement économe en carburant et la dépréciation/valeur est faible. La moyenne se situe probablement plutôt autour de 9000$ par année. Mais combien en coûts externes? C'est bien là que tout le monde arrête le calcul. Les frais de santé engendrés par la société et tous les fais reliés à faire rouler des voitures de 2 tonnes pour y placer une seule personne à l'intérieur ne sont jamais comptabilisés.

D'ici avril 2019, je planifie donc de vendre la voiture et d'utiliser exclusivement des solutions alternatives.